Une installation rapide …

Qui dit nouveau travail dit, en 2017, nouvel ordinateur prêté par l’employeur. En l’occurrence, un chouette Dell XPS 15 avec un très bel écran, un clavier assez moyen, de la RAM et du CPU en suffisance.

Évidemment, comme tout développeur, j’ai mon jeu d’outils de sélection. Et pour l’installation, le premier parmi les égaux est évidement Chocolatey, qui m’a permis d’installer facilement tous les programmes que j’avais noté dans ce gist

Et évidement, ça a très bien marché (sauf pour WinSplit Revolution, dont il va falloir que je retrouve une version compatible Windows 10 ou une alternative).

Il manquait deux ou trois trucs que j’avais précédemment installé séparément (Java, Eclipse, Maven, Groovy, ou encore OwnCloud).  Je les ai donc ajouté.

Et puis il a fallu installer les plugins des différents logiciels (qui ne sont hélas pas disponibles dans Chocolatey). Pour Firefox, c’est facile. Pour Eclipse, par contre, il faut le faire à la main … Comme pour Keepass.

Et c’est d’ailleurs avec ce dernier que j’ai apporté la plus grande modification en installant  KeeAgent. Avec ce dernier, je ne risque plus de perdre mes clés, puisqu’il transforme un outil déjà génial en porte-clé pour Pageant. En fait, à l’ouverture de la base, il injecte les clés dans Pageant, et comme ça je n’ai plus rien à taper … tout en restant en sécurité.

En fait, je pense que j’aurais pu avoir un poste fonctionnel en deux heures. Evidement, il faudra aussi que je reconfigure tout ça : les polices de caractère, les couleurs, les configurations d’écran, etc, … Mais ça, c’est quasiment de la blague par rapport à l’installation à la main.

Bon, par contre, j’ai un souci d’ordre domestique : ce superbe portable haut de gamme perd quand même facilement la connexion avec le wifi M de ma freebox (qui est à deux mètres). Du coup, périodiquement, je dois relancer la connexion wifi … pas très pratique, mais je crois qu’il va falloir que je fasse une vraie enquête d’engorgement des canaux wifi dans le quartier (habiter dans des maisons de 5 mètres de large, ça n’a pas vraiment que des avantages).

Enfin, ça, c’était avant que je change un paramètre de la carte wifi grâce à ce commentaire : Comment from discussion XPS15 9560 Wifi Problems.

Et depuis, ça marche bien mieux.

Publicités

L’extension vidéo via UPnP ?

Depuis longtemps, je trouve les écrans dont je dispose trop petits. C’est maladif chez moi. Par exemple, au bureau, j’ai deux écrans Full HD, eh bien ça n’est pas assez (à ma décharge, je dois y lancer Eclipse, Flash Builder, Indesign, et quelques autres gros consomateurs d’esapce).

A la maison, c’est encore pire : mon beau tout-en-un n’a (contrairement à un chouette modèle MSI très récent) ni entrée ni sortie HDMI et est donc une île de vidéo au milieu d’un beau mur blanc. Or j’adorerais pouvoir balancer son image sur la télé ou ailleurs.

Oh, ne croyez pas que je n’ai pas cherché. je sais par exemple que ZoneScreen permet d’abuser VNC pour étendre un bureau sur une machine voisine. Mais la solution me semble un peu crapuleuse. Et en plus il n’est rgatuit que pour une utilisation domestique. Et il faut un logiciel sur le serveur (celui qui porte le clavier) et sur le client (celui qui reçoit l’image).

Bon, mes réflexions étaient un peu coincées, quand j’ai lu cet article de Lifehacker expliquant que DLNA/UPnP, c’est la meilleure solution pour qui veut dupliquer l’affichage de son smartphone.

Et là, j’ai eu un flash !

Je me suis dit que, si le mec de ZoneScreen était capable d’écrire un driver Windows envoyant l’image à travers VNC, pourquoi ne pas faire un driver envoyant l’image vers un lecteur UPnP ?

Evidement, je croyais que c’était une idée originale … pauvre fou que j’étais.

Cela dit, je note bien qu’aucun de ces sites ne détient de réponse claire, alors qu’il me semble qu’en aprtant du code de ZoneScreen, il soit possible d’écrire « le bon driver » : celui qui, quand un novueau client UPnP s’y connecte, crée un écran plug’n’play virtuel des bonnes dimensions pour y afficher du contenu provenant de la machine source.

Enfin bon, il faudrait pour ça que j’écrire un driver Windows … ce qui n’est pas actuellement dans mes cordes.

ophcrack, c’est pas si simple …

Bon, j’ai passé quinze jours de vacances assez agréables (la semaine passée à Séville, notament, fut un vrai bonheur). Mais malheureusement, les vacances sont finies.
Et en rentrant ce Lundi au travail, je me suis rendu compte avec stupeur et tremblements que … j’avais oublié mon mot de passe de session Windows ! Et ça, c’est moche. Parce que Windows 7 est « raisonnablement » sécurisé.
Du coup, j’ai dû prendre la voie du pirate et tenter de récupérer ledit mot de masse. J’ai successivement essayé

  • Un LiveCD ophcrack qui n’a pas marché (évidement, puisque c’était une version d’ophcrack taillée pour Windows XP)
  • Une tentative de création avec UNetBootin (dont l’interface graphique est atroce sous Linux, tout simplement) d’une clé USB bootable avec ophcrack (parce que l’outil de création de clés USB bootables d’Ubuntu ne marche que pour les dérivées d’Ubuntu)
  • Et, finalement, la version qui a marché : créer une clé USB Ubuntu, faire un apt-get install de chntpw, et supprimer le mot de passe de Windows depuis cette clé USB.

Ce que je retiens de ces aventures ? C’est qu’il est effectivement très simple de pirater une machine Windows qui n’est pas dans un domaine (ce qui rend ce dernier indispensable pour des ordinateurs professionnels) quand on en dispose. Mais aussi que même si c’est très simple, trouver la bonne démarche prend un certain temps ….

Hésitation …

Quand je suis passé à Windows 7, j’ai pris la décision (ridicule) de simplifier mon poste de travail quitte à supprimer certains logiciels.

Launchy a été une des victimes collatérales de cette simplification. Je pensais en effet être capable d’émuler ses fonctionnalités intéressantes via le bouton Démarrer de Windows 7

Image

Seulement je trouve que ça ne marche pas aussi bien que ça.

D’abord parce que cette fonction de recherche est limitée à ce que trouve Windows dans « les endroits habituels ». Ensuite – et peut-être surtout – parce que le bouton Démarrer ne peut faire que chercher des exécutables à lancer, et rien de plus. Alors que Launchy est capable de m’ouvrir mes sessions Putty (oui, Windows 7 sait le faire tout seul, je sais), de me faire des calculs plus ou moins simples ou même – pour peu que je me fatigue à faire du Python ou du C# – ouvrir des fenêtres de discussion Pidgin, ce qui serait sacrément cool.

Du coup, je me demande si c’est vraiment une bonne idée de réinstaller Launchy : il est peut-être super cool, mais j’ai peur d’avoir trop envie de jouer avec.

Tiling window manager pour windows

Vous ne savez pas ce qu’est un tiling window manager ? Bon, c’est normal, c’est le genre de trucs que seuls les psycho-rigides apprécient.

Expliquons un peu. Dans tiling window manager (je vais abréger – exceptionnellement – en TWM) il y a tile, ou tuile. Alors c’est vrai qu’il y a des tuiles dans Windows 8, mais là, rien à voir.

L’objectif d’un TWM est d’optimiser le remplisssage de l’écran. Vous savez, faire en sorte que votre écran soit divisé en neuf quasi-cases (ou quatre, ou seize …) bien remplies avec des fenêtres. J’en ai essayé plusieurs qui ne m’ont pas satisfait, mais là je crois bien que je suis tombé sur un très bon candidat : Winsplit revolution :

  • il est gratuit (mais malheureusement pas libre)
  • on peut bouger les fenêtres juste avec des raccourcis clavier
  • on peut aussi bouger les fenêtres d’un écran à un autre avec un autre raccourci clavier
  • Il n’y a pas trop de trucs inutiles dedans : il peut faire une capture de la fenêtre active (moins bien que GreenShot donc) ou la rendre transparente (mouais …) mais c’est tout ce que j’ai vu qui ne servait aps trop
  • il peut mémoriser dans quelle case va une fenêtre pour l’y remettre automatiquement.

Bref, il est pas mal. Et pourtant c’est loin d’être le premier que je teste (Aquasnap ou GridMove sont passés sur mon ordinateur, de même que windy). Mais il correspond bien à mon évolution de plus en plus orientée clavier.

Windows 8 ?

Ben oui, il est sorti. Clairement, certaines idées sont bonnes, comme par exemple la fameuse interface à tuiles qui remplace le bouton Démarrer (je vous aurais bien mis une image, mais j’ai la flemme). Je l’ai testée dix secondes dans un quelconque magasin d’électro-ménager, et je dois dire que je suis suffisament séduit pour tester […]

Changement de poste de travail

C'est un peu désuet comme expression, mais bon, c'est assez approprié.
Il y a quelques mois, mon chef et moi, on s'est rendus compte que mon ordinateur de travail était … dépassé. Oui, un P IV HT avec 3 Go de RAM (dont deux rajoutés par mes soins), en 2011, pour faire du développement (en particulier avec cette catastrophe de Flash Builder), c'est plus assez puissant.
On s'est donc mis en quête d'une configuration "suffisante", pour un budget hélas bien trop petit. J'ai bien entendu rêvé devant des Alienware, des Razer (celui-là a quand même un sacré pavé tactile, qui reprend les idées jadis promues par les braves gens de Toshiba), ou même des Dell Precision. Hélas, le budget ne permettait pas ce genre de folies. Et quelque part, c'est une bonne chose, puisque je me rend compte rétrospectivement de deux choses

  1. L'ordinateur portable de la boîte m'a valu, dans un poste précédent aux allures d'esclavage (dont beaucoup de ce que je connais savent déja la nature) des ennui sans nom liés à une interprétation particuliérement leste du code du travail en ce qui concerne les avantages en nature. Sans parler de complications impliquant (de manière non exclusive) TrueCrypt, sa possibilité d'héberger un OS caché et son support du déni plausible.
  2. Finallement, ces histoires de portable, ça n'est encore qu'une autre course à l'échalotte : après tout, la seule raison qui me faisait en vouloir un, c'était la possibilité, lors des réunions pour lesquelles j'ai le même amour qu'Emmanuel Bernard. Et personnellement, maintenant, les courses à l'échalotte, à chaque fois que j'en découvre une, j'essaye de ne pas y participer.
Donc, dans un objectif de maximiser ma productivité, je me suis assis sur deux choses :
  1. J'ai abdiqué sur le form factor et privilégié une machine fixe
  2. J'ai ramené au bureau un ordinateur qui traînait chez moi (mon vieil iBook G4). C'est un renoncement, parce que j'ai toujours dénigré les gens qui ramenaient du matériel au bureau pour pallier aux insuffisances de leur entreprise.
Grâce à l'abandon de ce principe, je me pointe donc maintenant en réunion avec un ordinateur qui a à peine 7 ans (et sur lequel installer un soft relève complétement de l'archéologie), et je travaille au bureau avec un Dell XPS 8300 avec un Core i7 8 coeurs (yeah), 16 Go de RAM (assez pour lancer quelques VMs, en plus d'un Flash Builder, d'un Eclipse modelling, et d'un Glassfish bourré aux hormones), et 1.5 To de dissque (ça, par contre, je sais toujours pas à quoi ça sert, pusique sur mon précédent ordinateur, le disque de 250 Go n'était toujours pas plein).
Et franchement, développer là-dessus, c'est le pied. Parce qu'en fait, je crois bien que c'est la premiére fois que je dispose d'une machine sur laquelle je peux démarrer Eclipse et faire autre chose pendant le temps (trés court) de démarrage.

foobar2000, de plus en plus dingue !

Donc, je suis repassé il y a un moment à foobar2000.
Et j’ai changé, plus récemment encore, d »ordinateur, pour passer à une bête de guerre avec 8 coeurs, 16 Go de RAM, … (mais c’est un autre sujet).
J’y ai donc logiquement réinstallé foobar2000. Et puis, je me suis demandé (comme d’habitude) comment gérer mon iPod. Parce que bon, j’ai déjà essayé iTunes, MediaMonkey, Copytrans, floola, et aucune de ces solutions ne m’a convaincu. Donc, en désespoir de cause, j’ai essayé les plugins idoines de foobar2000 : foo_ipod (pour la synchronisation) et foo_podcatcher (pour les podcasts). Alors bien sûr, pour pouvoir synchroniser l’iPod la première fois, à cause des limitations drastiques imposées par Apple, j’ai dû installer cette merde sans nom d’iTunes. Mais maintenant, je fais toutes les synchros avec foobar2000, et c’est le bonheur : la synchro se fait simplement, avec une jolie barre de progression (et pas de bazar inutile comme c’est le cas dans iTunes).
En bonus, j’ai compris, je crois, comment marche foobar2000 dans ses grandes lignes, et du coup, j’arrive à gérer correctement ma playlist (dont les morceaux disparaissent après lecture grâce à remove played).
En fait, il ne me manque maintenant plus que deux choses :

  1. l’organisation automatique de ma discothèque
  2. l’édition de tous les tags (surtout les couvertures et les paroles, qui sont souvent assez mal intégrées).

Cela dit, l’un dans l’autre, foobar2000 est pour l’instant le lecteur audio le plus correct que je connaisse. Notez que je ne dis pas complet, parce que certaines fonctionnalités m’intéressent assez peu. Non. foobar2000 est « simplement » le lecteur audio le plus à mon goût.

Pour les droitiers/gauchers

Si vous êtes un développeur plutôt âgé, vous avez au moins entendu parler du syndrome du canal carpien.
Et vous connaissez peut-être les techniques pour éviter les ennuis.
Vous savez qu'il faut poser les coudes sur son bureau.
Vous savez qu'il faut vous assouplir les poignets, et vous en servir pour autre chose que coder (la branlette n'est pas forcément une solution).
Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est qu'une solution efficace permet de limiter ce syndrome : passer sa souris à la main gauche. Bon, il semble que je n'en ai jamais parlé. je le fais donc maintenant.
Ce syndrome est une inflammation qui, comme toutes les autres, vient d'une surutilisation d'un organe qui s'échauffe et se manifeste, par la douleur donc. Une façon évidente d'éviter ce syndrome est de réduire l'utilisation qu'on fait de l'organe en question, dans mon cas la main droite.
Or, vous le savez sans doute, les ordinateurs modernes nous forcent (sauf cas linuxiens limites pathologiques) à utiliser la souris pour se déplacer dans les fenêtres. En revanche, rien ne dit qu'il faut utiliser la souris de la main droite. Il y a donc deux ou trois ans, j'ai décidé d'utiliser ma souris de la main gauche. Les deux premières semaines ont été difficiles, mais je peux me considérer comme quasiment ambidextre du clavier.
Quasiment ?
Oui, parce qu'on domaine extrême résiste : le meurtre virtuel. En l'espèce, Urban Terror. Oui, je me doute bien qu'un jeu où on fait le frénétique de la gâchette ne va pas aider mon poignet endolori, mais j'assume mes contradictions. Et je dois dire qu'aller tous les midis dans les préférences de Windows pour basculer la souris de gauche à droite, puis de droite à gauche, c'est particulièrement gonflant (surtout que les préférences de Windows mettent un temps certain à s'afficher, pour des raisons que j'imagine être d'optimisation, puisqu'après tout on ne s'en sert normalement pas tous les jours). Donc j'ai cherché une alternative (oui, sur AlternativesTo). Et j'ai trouvé X-Mouse Button Control. Avec ce truc, d'abord, je peux facilement désactiver ma souris pour gaucher – qui semble curieusement gêner les droitiers – d'un coup de SCROLL LOCK. Et je peux aussi le configurer pour que, lorsque l'exécutable iourbanterror.exe est au premier plan, repasser la souris en droitier. Bon, il y a bien d'autres fonctionnalités, mais pour l'instant celles-là me suffisent. Et donc, si vous voulez jouer à personnaliser votre souris selon l'exécutable au premier plan, allez-y, installez ce petit soft.

Npackd, c’est l’app store avant Windows 8

Le titre dit à peu près tout.
Cependant, voici un peu plus de détails.
Le dernier chic quand on livre un OS, c'est de livrer aussi un (et là, je me vomis dessus de honte à l'idée d'utiliser un terme conçu par le marketting des stormtroopers) "AppStore".
Bon, naturellement, on connait tous un linuxien qui nous dira que ça existait déjà avant. Et qu'avec Ubuntu, on avait en plus une "jolie" interface. J'en conviens, certes.
Cela dit, l'avantage de l'écosystème Windows, c'est qu'il est d'une richesse quasi-infinie. Et donc, même si Microsoft nous promet une copie (pardon, un équivalent) d l'AppStore Apple dans Windows 8, on peut déjà en utiliser plusieurs sous Windows XP/2000/Vista/Seven. Personnellement, j'utilise npackd, mais vous avez le choix.
Et maintenant, si vous me demandez pourquoi, je pourrai facilement vous répondre.
D'abord, il est open-source. Et en l'occurrence, ça me permet (peut-être) de vérifier si son code est sain. Mais surtout, ça me permet de facilement vérifier le contenu des repositories. Et enfin, ça pourrait aussi me permettre de créer mon repository, en faisant une branche d'un des repositories officiels.
Bon, il faudrait aussi que je propose deux ou trois features (comme par exemple la possibilité de faire du batch install et du script, pour reproduire les fonctionnalités de Ninite) … et un bon paquet de jeux libres, voire même un repository de jeux libres.
Cela dit, essayez-le, il est peut-être moche, mais il est diablement pratique.