Du sexe ! du sexe !

On n'est pas vendredi, mais je m'en fous.
Ce week-end, pendant mes travaux de peinture, j'écoutais On va se gêner sur Europe 1. Evidement, au mois d'août, c'était une rediffusion.
Cela dit, dans cette rediffusuion, les chroniqueurs glosaient à l'envie sur un sondage paru dans Marianne au mois de juin. Un sondage, dont, d'ailleurs, certains blogs plus spécialisés avaient déjà parlé avec (évidement) beaucoup de talent. Bon, je ne le retrouve plus, mais je suis sûr que Zone Zérogéne ou les 400 culs en ont déjà parlé (non, je ne crois pas que Maça Mazaurette l'ait évoqué) (et non, je n'en profite pas pour placer ma blogoliste "adulte").
Enfin bref, dans ce sondage débile, on a le choix entre des fantasmes particulièrement vanille. J'ai même bien rigolé en entendant la liste des lieux "dans laquelle les français rêvent d'avoir du sexe" … et surtout en entendant les propositions de Christine Bravo comme "la maternité …".
Mais ca n'est toujours pas le sujet de ce court message.
Les anglais eux aussi font des enquêtes sans intérêt. Mais ils savent clairement mieux les mettre en forme. Regardez donc The sexperience. Et promenez votre souris dans les différents diagrammes. Et jouez avec les filtres. Vous y apprendrez des choses bien plus intéressantes que le simple âge du premier rapport. (et merci à FlowingData pour le lien).
Publicités

Mais quel idiot je suis

Il y a peu de temps, je suis tombé, via Quantified Self, sur Quantter.
Le site semble actuellement injoignable depuis ma machine, mais j’imagine que ça n’est que temporaire … si ça n’est pas temporaire, imaginez qu’en twittant un truc genre swim:2km, quantter sait que vous avez nagé deux Km). Si ça vous rappelle des trucs, c’est normal, puisque c’est la même chose que your.flowingdata.com. En même temps, c’est normal, on est dans les deux cas dans le domaine du lifelogging.
Et je peux dire que, dans les deux cas, je n’arrive pas à leur envoyer des twits. Du coup, mes pages sur ces sites sont désespérément vides. Sans doute est-ce dû au fait que, pour moi, twitter n’est clairement pas un outil approprié ..; j’ai plus tendance à utiliser jabber pour ce genre de trucs.
Ce qui est curieux,c ‘est qu’avec une belle amnésie, j’ai quasiment reproduit la démarche intellectuelle qui m’avait mené à cet article en 2009. Sénilité précoce ? Peut-être. peut-être aussi que je me suis laissé « buzzer » bêtement par internet. En tout cas, ça me laisse complètement songeur sur ma capacité (ou mon absence de capacité) à résiste à des méthodes de saisies clairement défaillantes pour l’usage que je fais de ces outils. L’usage ?
Ben oui, je fais un peu de lifelogging. Pour être clair, j’ai une feuille Google Spreadsheet dans laquelle je note la distance que je parcours à la piscine chaque semaine, avec un beau graphique « motivationnel ». Et, curieusement, je trouve l’interface de saisie de Google nettement plus pratique que ces magouilles à base de twits dont, de toute façon, je ne me sers pas.

Tout le monde sait faire du piano | BienBienBien

Comme ils le disent fort bien sur BienBienBien, c’est une vidéo absolument qui traite, pour faire dans le demi-formel de la spatialisation de la musique.
Et qui plus est, comme ils le disent aussi dans leur article, la vidéo après cette superbe expérience de groupe est tout aussi intéressante, quoique dans un tout autre genre.

Google Maps : des mashups rigolos

Ce matin, dans mon flux d’info, il y avait cette page listant « 100+ Best Tools and Mashups« . Alors bien sûr, j’ai fait ma sélection dedans :

  • roofray, qui permet de savoir combien d’énergie électrique je peux tirer de mon toit
  • floodtree, qui permet de savoir jusu’où la mer doit monter pour arriver au pied de ma maison – et accessoirement de savoir quelles zones côtières seront noyées par la montée des eaux.
  • cassini, qui montre la France du XVIIIéme dans Google Maps (où on peut voir qu’Hellemmes n’était pas une si grande ville en ce temps-là
  • world heritage google map qui liste tous les sites du patrimoine mondial de l’humanité.
  • et mapmylife qui permet de placer sur une carte google map tous mes déménagements personnels et professionnels. ce dernier a évidement ma faveur, car c’est le plus narcissique de tous.

One Year of Edits to OpenStreetMap

J’ai tendance à être un peu comme l’auteur du blog initial.
Quand une visualisation quelconque me montre la terre qui tourne avec des trucs qui clignote dessus, je suis attiré comme un papillon par une lanterne et je trouve ça forcément beau.
Là, en plus, je connais un tout petit peu le projet.
OpenStreetMap vise à produire un équivalent de Google maps ou des cartes routières utilisées dans les GPS, mais de manière totallement libre et gratuite. Et je trouve ça très intéressant de voir que certains pays ont été ajoutés en une fois, via une espèce de gros import (comme par exemple l’Inde, au mois de juillet, qui apparaît complètement d’un seul coup).

via FlowingData de Nathan le 08/01/09


I admit it. I’m a sucker for animated maps – especially when there’s music playing in the back. I’m not exactly sure what it is about them. It’s data visualization over time and virtual (or physical?) space fast forwarded and rewound. It’s like I’m a supreme being looking at changes over time, peering down from above. It’s intuitive. It’s very visually linked with the real world, and that’s probably why I chose Britain From Above as the best visualization of 2008.

ANYWAYS, check out this animation by ITO that shows the edits to OpenStreetMap, a wiki-style map of the world, over the last year.

Find high resolution pics at the Flickr photo pool.

[via visual complexity]