Pourquoi mes messages sont tronqués (ou absents) ?

J’écris ce message histoire de clarifier un peu les choses.

Comme je passe doucement de Twitter à mastodon, j’en profite pour faire un nettoyage dans mes systèmes d’information et pour ajouter un peu de documentation.

Donc, actuellement, pe publie des informations en utilisant les solutions suivantes

flux_de_publication.png

Il y a évidement des troncages, en particulier quand les textes arrivent dans twitter. Mais dans l’ensemble, c’est assez correct.

Il y a toutefois un défaut, que j’ai l’intention de changer. Regardez en bas : Goodreads, WordPress et StackOverflow publient directement dans Twitter sans passer par mastodon. C’est mal.

Et autant pour Goodreads et WordPress, je pense utiliser brutalement le flux RSS, autant pour Stackoverflow, comme je ne publie pas systématiquement mes questions, je pense que je vais garder une publication manuelle.

Mais j’ai une question :

Pour l’instant, je n’ai pas la réponse … mais je pense me décider assez vite.

Bon, cela dit, je n’ai pas non plus la réponse à « comment embarquer un pouet dans WordPress …

Publicités

Shaarli ? c’est dans la poche ? Heu, le wallabag ?

De plus en plus, à cause de mon projet de lifestream (pour lequel il va falloir que j’agresse un peu plus JBake, maintenant que je comprend mieux son fonctionnement), je me pose la question de la survie des liens que je fais, à la fois vers l’extérieur, et entre mes différents sites.

Du coup, je regarde les articles sur, par exemple, Shaarli et Poche Wallabag. Et je crois pouvoir répondre aux auteurs (à moins de besoins spécifiques), qu’ils ont tout faux : la solution n’est pas là.

Le besoin spécifique, c’est la création d’un effet Streisand. Et pour ceux qui ne comprennent pas, j’explique. Pour faire un effet Streisand, il faut aspirer la page à protéger rapidement sur un site local, et servir cette page au reste du monde. Ce que je propose n’est pas applicable dans ce cas-là.

En revanche, dans mon cas d’utilisation, c’est nettement plus applicable. Et ça ne nécessite pas d’application local, mais une simple modification des urls liées par Shaarli (peut-être via un script greasemonkey – qui doit même exister).

Donc, vous connaissez sûrement l’internet wayback machine. Non ? Eh bien si vous ne connaissez pas, laissez Jeff Atwood vous guider pour la visite. Si vous connaissez, venons-en au fait sans plus tarder.

L’internet Wayback Machine propose une API. Oh, tiens, ilss proposent aussi un moyen simple de conserver une page dans leur mémoire gigantesque :

Internet Archive_ Wayback Machine - Opera_2014-01-31_17-06-30

 

Bon, bref, l’API.

Que diriez-vous donc si Shaarli ajoutait, à côté du permalien, un lien Wayback machine Envopyant au snapshot le plus proche de la page sauvegardée ? Ce serait chouette, non ?

Bon, je devine les réticences de SebSauvage. Donc ce sera fait via un script Greasemonkey. Il doit exister, non ? … Une rapide visite sur Userscripts me dit que non, il n’y a pas de script de consultation d’une page via archive.org …. Je suis surpris.

Mais je ne vais pas l’ajouter 🙂

Parce que personellement, c’est mon lifestream qui fera toute cette réogranisation des données pour pointer vers la bonne page de l’archive (et éventuellement l’aspirer dans un wallabag local, sait-on jamais)

Fin des opérations sur Twitter ?

Ceci n’a pas de rapport avec ma sortie du googleverse.

Non, c’est plutôt lié à la politique de twitter interdisant peu à peu les clients externes.

Depuis ce matin, je n’ai en effet plus accès à mon compte via mon interface de choix : pidgin et jabber.

Je pourrais tout à fait basculer sur un client « officiel ». Mais, à la lumière des révélations récentes, je me rends compte à mon tour que l’ère du minitel 2.0 est venue, et que je dois choisir si j’accepte de passer par un serveur central et privateur pour chaque opération, ou si je dois plutôt me battre pour conserver les quelques illusions de liberté qu’il me reste.

Et, même si mes derniers échanges avec @LePenduXII étaient plaisants, même si l’humour global du réseau est agréable, je dois bien reconnaître que twitter ne colle pas. Ou plutôt, twitter colle trop. Un peu comme les restaurateurs grecs à côté de St-Michel à Paris, si vous voyez ce que je veux dire …

Donc, fini twitter.

Et en attendant mieux, je vais sans doute poster quelques messages via mon shaarli (inaccessible du web, mais renvoyé vers shaarlirss – cherchez les liens qui viennent du shaarli nommé « mes liens »). Le mieux pouvant sans doute venir de movim, qui ressemble à pas mal de choses que twitter n’est pas.

Alors oui, vous verrez encore des messages émis par moi. Mais ces messages ne seront plus jamais émis manuellement et mon compte va devenir un authentique bot : un point de présence dans le twitterverse reprenant mes contributions extérieures. Vous y verrrez donc passer les choses suivantes :

  • ce blog
  • mon compte github (par la grâce de IFTTT)
  • Goodreads
  • Et shaarli si j’arrive à bidouiller un truc avec IFTTT. Mais j’en reparlerai …