Mais pour les photos, il y en a un de gestionnaire ?

parce qu’effectivement, pour la musique il y en a peut-être pas, mais après tout, je ne gère pas que de la musique, j’ai aussi des photos, pour lesquels, vous le savez, j’aime jouer avec les tags iptc.
Vous ne le savez peut-être pas, mais pendant un moment, j’utilisais iView Media Pro. Et suite à la réinstallation de mon ordinateur, j’ai fait un grand pas en avant dans l’abandonware, je suis passé à Microsoft Expression Media 2008. Et ce, malgré le mécontentement des afficionados du premier, qui considèrent le second comme une trahison. Je reconnais toutefois à ce second un grand pas en avant : on peut géotagger les photos … enfin, à moitié.
En fait, on peut positionner le lieu de prise de vue sur une carte (toute droit tirée de Microsoft Pro Photo Tools), mais on ne peut pas faire le géocodage inverse (c’est-à-dire déduire, quand c’est possible, une adresse postale de ces coordonnées). C’est malheureux, parce que ça va encore m’obliger à installer des gadgets à la pelle. Parce que moi, avoir l’adresse dans des caractères lisibles, j’aime bien. Cela dit, peut-être que c’est tout simplement que je ne comprend pas encore très bien toutes les subtilités du soft.
L’avantage énorme, c’est quand même que je peux me passer de Picasa, qui n’est pas mauvais en soi, mais que je trouve franchement insuffisant.

Une idée que je n’implémenterai (peut-être) pas

Ce week-end, j’ai fait un peu de retag de photos (ben oui, c’est indispensable pour avoir une photothèque de qualité). Donc pour ça, j’ai lancé mon plus tout jeune mais toujours vaillant iView Photo Pro, et je me suis mis au boulot. Et, à un moment, en regardant l’onglet organisation, j’ai eu une illumination.

Parce que dans cet onglet, on voit plusieurs schémas d’organisation des photos :
  • par date
  • par lieu
  • par mot-clé
  • par événement

Ca ressemble un peu à ce que j’avais vu il y a un moment. Sauf que là, c’est déjà fait par iView grâce à tout mon boulot.

Et donc, j’étais tranquille, en train de prendre ma douche, quand je me suis dit à peu prés « mais dis donc, si Iview sait le faire aussi facilement, c’est sans doute raisonnablement facile à faire dans du code, et c’est peut-être pas la peine de bouger les photos pour les voir selon ces axes d’organisation ». Et j’ai eu une sacrée bon sang d’idée. Que je vous expose maintenant.
Si je crée un file system pour dokan/(mac)fuse qui reprend ces éléments d’organisation, je peux « très facilement » créer dans mon Windows un disque dur virtuel dans lequel mes photos apparaissent bien rangées, même si sur le disque dur elles sont en tas, non ?
Pour ça, tout ce qu’il me faut, c’est
  • JDokan
  • une librairie de lecture IPTC un peu complète (comme par exemple celle de Tidalwave : Mistral)
  • Une bonne dose d’huile de coude et de code Groovy/Java
Et avec ça, je n’aurais plus à m’embêter à déplacer physiquement les fichiers, puisque ce sont leurs métadonnées qui les rangeront automatiquement ! Et même ma femme sera contente.
En fait, avant ça, je pense que je vais prototyper le truc avec un disque virtuel posterous …

Gestion de la photothèque

Maintenant que j’ai changé de machine, il est donc temps de revoir la gestion de la photothèque.
Parce qu’avant, souvenez-vous, j’avais coincé mes photos dans iPhoto. Et naturellement, à moins de vouloir jouer au hackintosh, iPhoto ne marche pas sur un PC classique. Donc, je vais reprendre le tout.
Pour ça, je n’ai évidement pas choisi un logiciel « standard » comme par exemple Lightroom. Non, je préfère pour l’instant utiliser iView Media Pro. Il gère splendidement toutes les données EXIF/IPTC, et les écrit correctement dans les images, sans abuser d’une organisation propriétaire.
Seulement, avant de vous parler de l’organisation choisie, je dois vous parler de l’importation de toutes mes anciennes photos. Ces photos sont donc cachées dans un dossier appelé iPhoto Library. Dans ce dossier, il y a plein de bordel. Et je vais devoir le récupérer, et l’importer. Heureusement iView ne semble pas se débrouiller trop mal pour faire cette récupération : je renomme tous mes fichiers avec un simple numéro d’ordre, je copie tout dans le bon dossier, et voilà !
Une fois que ce sera fait, je pourrais mettre en place un workflow qui pourrait s’inspirer de quelques exemples trouvés sur le web.
Parce que bon, glisser toutes les photos dans des dossiers, et espérer naïvement les retrouver, ça me paraît assez illusoire comme démarche.
Je pense qu’on arrivera vite à un truc du genre
  1. Copier les photos de la carte CF vers l’ordinateur
  2. Tagger les photos avec les noms des personnes
  3. Géotagger
  4. Appliquer un « script » de réorganisation du dossier photo, pour qu’elles se renomment en fonction de la date et des personnes prises en photo, et se mettent dans un dossier approprié. Lé-dessus, si j’y arrive, j’aimerais bien réussir à mettre en place un système de dossiers utilisant des jonctions Windows pour émuler les albums intelligents d’iPhoto.

Enfin, tout ça, c’est dans le cas optimal.

Je sais déjà que mes photos seront rangées par année, puis par événement (vacances, noël, …)

tu veux voir ma lune ?

P1010865

Cette nuit, c'était la plus grosse lune de 2009 (d'après Lifehacker, au moins).

Bon, bien sûr, ma photo n'est pas fameuse, mais c'est vrai qu'avec le gel, elle apparaissait comme assez grosse …

Vous noterez aussi que, malgré le prix de mon appareil photo, faire des images en pleine nuit en mode automatique, c'est pas de la rigolade : le capteur essaye d'augmenter sa sensibilité, et du coup la photo prend un grain absolument terrible.

Bon, il n'y a pas non plus de tags, ni de géotag, mais ça, ce sera pour la fin de l'année, à mon avis.

Est-ce que je peux faire mieux qu’iPhoto ou Picasa ?

Depuis un certain temps, je caresse l'idée de me faire mon propre logiciel de gestion de photothèque.

La raison en est simple : si iPhoto est très bien, il n'est pas multiplateforme pour deux sous, et les logiciels windowsiens sont assez loin de son ergonomie (même Picasa est encore assez loin du compte). Et comme j'abandonne peu à peu mon iBook (bien qu'il reste encore une machine à surfer très agréable), il me faut une solution compatible Windows (je me pencherai plus tard sur la gestion de l'iptc dans Vista).

Bref, je caresse l'idée.

Seulement, j'ai déjà été calmé en septembre quand Google a ajouté la reconnaissance faciale à Picasa (hélas seulement dans les albums web). Et là, je suis encore plus scotché parce que iPhoto fait la même chose, mais dans le logiciel. Et ça, ça fait toute la différence pour quelqu'un comme moi qui veut garder sa photothèque à la maison.

Alors bien sûr, comme Rui le dit dans son excellent article The last macworld, les tags risquent fort d'être enfermés dans la base propriétaire d'IPhoto. Et les tags EXIF risquent également d'être dans une belle mélasse. Mais quand même, c'est une sacrée bonne idée.

Hélas, iPhoto est toujours une application mac-only.

Et ça, ça me donne quand même du courage.

Parce que si je ne peux certainement pas faire aussi joli qu'iPhoto, je dois quand même pouvoir faire quelque chose d'un peu pratique rapidement (en partie grâce à majick-properties). ou tout au moins quelque chose du niveau de l'appli de Belzel (oui, j'ai un collègue qui veut faire un peu le même genre de trucs mais en C-Qt ou je ne sais plus quoi) …*

Mais avant de recommencer à coder (parce que j'avais déjà fait un premier jet complètement bancal), j'ai plusieurs choses à faire :

  1. Evaluer les bibliothèques Java de lecture/écriture de tags EXIF/IPTC (j'ai des idées assez claires là-dessus).
  2. Trouver une bonne interface graphique
  3. (optionnel) trouver un moyen de reconnaître les visages en Java

Enfin, le 3, ça peut être dans une version suivante, quand même …

Traitement de nos photos

La semaine dernière, j’ai acheté un super appareil photo numérique (un panasonic DMC-FZ50(Il faut vraiment que je bosse mon plugin ISBN/ASIN, comme ça, je pourrais récupérer toutes les infos depuis Amazon et j’aurais la classe !). Depuis, bien sûr, je ou plutôt nous prenons des photos, et essayons de l’utiliser au mieux. Evidement, ce sont des photos numériques, donc des fichiers, qu’on gère comme tels.

Importation et visionnage

Comme on a un Mac, ça passe par l’importation des photos dans iPhoto qui est vraiment très bien pour ranger les photos, leur mettre des mots-clés (grâce à Keyword assistant, en particulier). Hélas, il semble que ces mots-clés, et la plupart des autres informations, soient stockés dans la base de données iPhoto, et non dans les métadonnées EXIF. Et ça, c’est mal (Je ne devrais pas avoir besoin d’en dire plus que ça. Mais je vais quand même m’étendre un peu sur le sujet. Un jour ou l’autre, j’abandonnerai iPhoto. Et ce jour-là, j’aurais l’air fin, avec toutes mes photos dont une partie des informations sont dans ces métadonnées, et le reste dans iPhoto. Et puis, déja aujourd’hui, je voudrais faire d’autres choses avec ces photos, et pouur ça, garder les métadonnées, c’est bien. Bref, les métadonnées EXIF, c’est plus interopérable que la base de données iPhoto.). Mais on verra plus loin comment contourner le problème. En tout cas, je peux vous dire que créer un diaporama avec les photos, c’est d’une facilité redoutable, et en plus c’est beau. Du coup, on a déja pu épater notre monde avec notre vieil iBook.

Exportation et backup

Parce que bon, regarder les photos dans iPhoto, c’est bien. Mais pouvoir garantir qu’elles survivent à un crash, ce serait mieux. Et les avoir sius la main sans avoir l’iBook dans le sac à dis, c’est mieux.

Webgen à la rescousse

Heureusement, webgen supporte un mode de création de gallerie, dans lequel je vais me plonger. L’idéal, ce serait de simplement lui fournir les photos brutes (Donc du 10Mpixel en jpeg), et qu’il génère les tailles d’images utiles avant de tout uploader sur un site web bien choisi. Hélas, pour ça, je dois lire mes données d’iPhoto, transférer les photos de l’iBook vers le portable PC, etc, … Mais je commence à avoir une idée un peu claire des étapes d’exportation.

  1. Lancer un script Ruby sur l’Ibook, pour collecter les infos de la librairie iPhoto et les remettre dans les tags EXIF. A mon avis, ça va se faire avec toute une ribambelle de gems : iphoto2, une librarire d’écriture EXIF (mais ça, il y en a plein)
  2. Copier les photos d’une machine vers l’autre
  3. Générer le site avec webgen, et avec un bon template de gallerie, pour que ça ait de l’allure.

Impression

Evidement, on ne prend pas assez de photos pour que ça vaille financièrement le coup de les imprimer à la maison (Tout du moins pour la qualité des photos qu’on souhaite obtenir.). Donc on a cherché quelques pistes pour les faire imprimer par des studios sur internet. Pour l’instant, nous avons sélectionné

  1. photostation
  2. photoweb

Mais comme on n’en a pas encore imprimé, tout ça reste de l’ordre du virtuel …