Peut-être le dessin le plus GTD d etout XKCD

Peut-être le dessin le plus GTD d etout XKCD

D’ailleurs, il me semble bien que Lifehacker en ait parlé …

Publicités

J’étais donc un vrai fanboy Google ?!

Avec la fin de Google Reader, je me rend compte que j’étais, et suis toujours partiellement, un vrai fanboy Google : j’utilisais la plupart de leurs produits avec plaisir, et n’hésitais pas à tenter de nouveaux usages pour chacun.

Mais là, j’ai bien l’impression que le charme est rompu.

Tiens, par exemple, Google Keep est sorti aujourd’hui … Et je ne l’ai même pas encore testé. D’ailleurs, c’est pas compliqué, ça me rappelle furieusement (sans même l’avoir testé) Google Bloc-Notes, qui jouait quand il existait dans la cour des organiseurs en liste. Ce qui m’a fait dire hier (alors même que je ne savais rien de cette sortie imminente)

Bon, c’est pas joyeux tout ça.

Heureusement, il y a des raisons d’espérer … Mais plus du côté de Google, je pense.

Non, à mon avis, l’avenir se situe plutôt dans les logiciels auto-hébergés

Entre selfoss, shaarli et ownCloud (qui va à terme phagocyter ces deux premiers projets) je crois que je serai paré, pour peu que je dispose de solutions de backups (mais j’y réfléchis, ne vous inquiétez pas).

En fait, en ce moment, je regarde dans une direction un peu différente … Voire très différente. Je cherche un petit paquet HTML/JS de page de démarrage internet pour remplacer le speed dial d’Opera (qui est fort tristement incompatible avec les autres navigateurs). J’ai trouvé des trucs, mais j’en reparlerai.

Finalement, si je veux faire le tour des servcies Google que je continue à utiliser, il n’en reste plus des tonnes : GMail, et un peu de G+ (mais j’ai toujours l’impression de me trahir quand je l’utilise). Du coup, la suite, c’est quoi ? Sortir de GMail ? Ca va être chaud si je veux pas tomber chez HotMail d’en face … Et surtout si je veux remplacer mon sale téléphone Samsung par quelque chose de plus moderne …

Lifehacker, sa vie, son oeuvre

Souvent, quand je me promène dans la rue, mes fans se jettent à mes pieds, se déshabillent, et m’implorent de fouler de mes lourds talons leurs gorges offertes, leurs ventres d’albâtre et leur hanches généreuses et souples plutôt que d’abimer mes pieds précieux sur le rude macadam … Euh, non, ça, c’est dans mes rêves les plus fous. Reprenons ….
On me demande parfois d’où me viennent ces petits softs qui me facilitent la vie (comme Launchy, Dropbox, Keepass et tant d’autres), ou alors ces sites web qui me permettent d’améliorer ma vie sur le web, voire même ces feintes de meubles Ikea.
La réponse tient en un site, voire en fait un flux RSS : Lifehacker. Sur ce site, tous les jours, vous verrez passer des messages divers et variés, mais ne traitant en fait que d’un sujet : comment améliorer sa vie sans rien changer aux fondamentaux.
Et pour ça, il y a de multiples solutions : installer des softs plus ou moins magiques, se poser des questions existentielles (cherchez pas, j’ai pas encore vraiment la réponse à ces questions, quoi que la réponse à la seconde soit sans aucun doute la curiosité).
Bien sûr, c’est parfois un site discutable. sa sécurité est absolument effarante de nullité, la plupart de leurs conseils sont assez (voire très/trop) américanocentristes. cependant, c’est une de mes lectures quotidiennes. Et si je passe rapidement sur environ la moitié des articles, je pense qu’au moins une fois par semaine je suis captivé par un article ou deux. Pas forcément des trucs très malins, hein, mais j’ai quand même toujours l’impression qu’ils viennent me poser la question à laquelle je ne veux pas répondre, me forçant à y réfléchir au moins un peu. Et ça, c’est bien.

licorize, ça m’a l’air d’être rudement compliqué

Hier, dans mon journal du matin du XXI ème siécle (tiens, encore une invention typique de la SF "classique qui s'est réalisée d'une manière complètement incompréhensible, faudrait que je fasse une page lé-dessus un jour), il y avait cet article de Lifehacker sur Licorize.

Vite dit

Donc, d'après leur propre site, Licorize, c'est une espèce de delicious avec une grosse dose de méthode GTD (pour ceux qui ne comprennent déjà plus ce que je raconte, pas la peine d'aller plus loin, parce que ça va empirer). GTD, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une méthode permettant théoriquement de mieux travailler en libérant son esprit des tâches ingrates pour se concentrer sur les processus "importants" (lire ceux qu'on ne peut pas sortir de sa tête). Bon, au cas où ça ne se verrait pas dans les articles récents, ça fait longtemps que je regarde tout ça de loin, sans jamais vraiment rentrer dans l'application de cette méthode, parce que je n'arrive pas à savoir en quoi elle peut me correspondre. Donc Licorize semble promettre de transformer le bazar qu'est une base de données de liens comme delicious en un outil de recensement d'idées, de concepts, ou même de choses à faire. belle promesse, en vérité. Et surtout, promesse soutenue par ce paquet de types possibles pour les éléments glanés sur le web :

Ss-2010-09-23_15

Ca paraît assez prometteur, hein.
Surtout quand Licorize ajoute la possibilité d'importer automatiquement les messages de Twitter, de LinkedIn (non, pas Viadeo, c'est trop franchouillard), et de bientôt tant d'autres … (d'ailleurs, quand je l'ai vu, j'ai immédiatement pensé pour un aspect, dont je reparlerais plus loin, du lifestream de mes rêves qui n'existe toujours pas).

Mais où je suis, là ?

Seulement voilà, à trop mixer les concepts, on s'y perd parfois.
C'est-à-dire qu'en ajoutant
  1. les liens
  2. du contenu provenant de sites tiers
  3. des moyens de gérer ces contenus
On obtient une interface … compliquée :

Ss-2010-09-23_15

Surtout que, contrairement à delicious, le but n'est pas ici de se faire sa caverne d'Ali-Baba de liens pour les exploiter éventuellement plus tard, mais plutôt de traiter toutes les informations entrantes, en les distribuant éventuellement à d'autres personnes, en en faisant des tâches (ce qui est en soi une formidable idée, d'ailleurs), et en essayant, à la Inbox Zero, de faire en sorte d'en avoir aussi peu que possible sous la main. Et ça, c'est antinomique de ma façon de gérer les liens collectés au hasard du web.
Du coup, je vais abandonner cet outil qui doit sûrement pouvoir être très utile, pour d'autres.

Et dans mon monde ?

Cela dit, il y a sans doute un intérêt à en tirer dans la gestion de mon delicious. Un intérêt que d'autres ont déjà vu, mais qui ne s'applique peut-être pas à mon cas. En fait, la première chose à faire, c'est de savoir comment je remplis mon delicious. Pour l'instant, c'est facile : comme j'y mets essentiellement du logiciel, ou des docs sur du logiciel, mon nuage de tags est assez logiquement centré sur le logiciel. Pourtant, rien ne m'empêcherai de créer quelques tags, comme j'en ai déjà (les @tobuy, @todo, @toblog) pour catégoriser les éléments. Je ne sais pas, moi, @idea, @goal, … Et puis bien sûr, ajouter les @project:avec le nom du projet. Par exemple, avoir un @project:gaedo, @project:jabber-bot (oui, j'ai toujours cette idée dans un coin de la tête). Je pense qu'avec ça, déjà, je pourrais aller beaucoup plus loin. Surtout si je dispose d'un script qui ajoute dans mon futur lifestream les items de delicious qui contiennent un tag commençant par @ … Et ça, télécharger le contenu de delicious pour en faire des trucs, je l'ai fait il y a … pfiouh, beaucoup trop longtemps (d'ailleurs, je crois bien avoir égaré le code) !

Enfin bref, ça m'a au moins donné quelques idées, ce Licorize, et ça, c'est déjà pas mal.

Todo dans twitter ?

Depuis des années, je recherche un bon moyen pour organiser ce que je veux faire.
J'ai farfouillé un peu du coté des applis web, mais pendant longtemps c'était trop plein d'espace vide.
J'ai farfouillé aussi du coté des applis de bureau, mais je les trouvais limite trop intrusive.

Et je me suis rendu compte qu'en fait, je cherchais un outil presque conversationnel. Du coup, j'ai regardé un peu ce qui existait autour de twitter. Parce qu'après tout, twitter, c'est un peu la conversation facile avec le monde, non ? Je jette un message à mon pote todo, il le stocke, et me le rappelle plus tard (un peu à la façon des todo.txt).
Et effectivement, il existe un certain nombre de solutions :
  • twit2do : il suffit de lui envoyer des messages publics pour remplir son todo, et ensuite de se connecter sur le site (avec son compte twitter ?!) pour lire son todo. Facile, mais l'insécurité du truc me donne froid dans le dos.
  • Remember the milk a un service d'envoi par twitter aussi, mais dans mes souvenirs, ça n'était pas une solution correspondant à mes usages, bien que très bien foutue.
  • Toodledo également, mais l'interface me paraît absurdement complexe.
  • Et finalement, todoTweet reprend la même idée que twit2do, avec une interface un peu plus jolie peut-être, mais les mêmes fonctionnalités.
Mais en fait, après avoir étudié toutes ce solutions, je me suis rendu compte que ça ne collait pas. Parce qu'en fait, je ne veux pas utiliser twitter pour envoyer des trucs dans ma liste à faire. Non, j'aurais bien voulu pouvoir consulter mes choses à faire depuis twitter. Et ça, apparemment, ça n'existe pas trop.
Et au même moment, je suis tombé sur un article du blog de Google Tasks. Et du coup, je vais réutiliser google tasks. Ca n'est pas idéal, mais en fait pas si mal que ça en plein écran. Et demain, je vous expliquerai comment on pourrait imaginer un todo.txt sur le web.

Se débarasser des distractions ?

Voilà bien un problème d’aujourd’hui …
Avec tout ce qui nous arrive par de multiples canaux, nous sommes sans cesse tentés (bon, d’accord, surtout moi) de relever la tête pour aller nous balader sur ces multiples sites qui nous tendent les bras.
Avec ce « tangents logs », on peut plus facilement rester concentré.
Seulement, moi, la simple idée de noter quelque chose sur du papier me donne des boutons.
Peut-$etre que je devrais essayer de noter ça dans le gestionnaire des tâches de gmail, ou même dans un mail que j’archiverai dans ce blog …
J’en sais trop rien, en fait.
BGon, je vais déja essayer de mettre ça dans ces tâches, histoire de voir si, pour une fois, j’arrive à m’y tenir.

 

 

via Lifehacker de Adam Pash le 04/03/09

 

Distractions are looming around every corner of the internet. Rather than succumb to the tempting quick Google search or blog refresh, writer Dan Koeppel suggests sticking the diversion in a Tangents Log and getting on with work.

I’m a writer who has constantly struggled with procrastination and distraction. I tend to go off on tangents, and lose many hours on those journeys. My routine is to keep a hand-written « Tangents Log. » Whenever I feel the urge to diverge from my current work, I write the tangent down instead of following it immediately. At the end of the day, or the week, I review the list. Some of the items are really silly, and I’m glad I never spent the time. But the big bonus is that a lot of those tangents turn out to be very useful—they’re ideas I can work into my current project, or even better, future ideas that I can use (and sell!) later. The result? My tangents have been triaged—the useless ones are gone, the productive ones are identified, and my daily productivity is saved.

It’s a simple idea, but it’s also a perfect solution to handling the ubiquitous distractions in the modern workplace. Like the idea? Maybe you’d also like Dan’s completely unrelated book: Banana: The Fate of the Fruit that Changed the World. Thanks Dan!

 

Quelques liens supplémentaires sur GTD

Suite à la lecture du PDF mentionné dans le précédent article, je m’intéresse beaucoup plus à la méthode GTD et, contrairement à ce qu’en dit Outils froids, les informations peuvent se trouver facilement en français.

D’abord, évidement, sur la wikipedia.

Ensuite, bien sûr, chez Jacques Turbé, que je connais de web depuis l’époque du palm, où il brillait déja par son organisation. Aujourd’hui, il propose une version francisée de TiddlyWikiGTD : TidliPo.

Et je suis aussi tombé sur ces boucles ouvertes.

Et puis aussi, après un minimum de recherche, sur GTD in Gmail whitepaper.

Bon, j’utiliserai sans aucun doute pour commencer TidlyPo, mais si ça ne marche pas, GTD for Gmail me paraît une bonne solution. L’idal serait bien sûr le site web 2.0 GTD, mais ça, il faut encore le chercher …

[UPDATE] Puisque j’en suis toujours à chercher, Google me sussure cette très complète revue de web