Freebox, ouvre-toi !

Ma freebox avait donc chaud. Trop chaud, par cet été indien un peu doux (mais trop, il ne fait là que 20° C).

Je l’avais surélevée, croyant bêtement ce qu’internet me disait. Jusqu’à ce qu’un de mes collègues ne me rappelle que, souvent, la chaleur ne vient pas seulement d’ordinateur surchargés, mais aussi d’ordinateurs empoussiérés.

J’ai donc cherché comment ouvrir la boîte histoire d’aspirer un peu les composants …

Et j’ai trouvé cette vidéo :

Et là, je dois dire que ça a été bien facile de l’ouvrir, de passer un coup d’aspirateur dedans, avant de la refermer et de la rebrancher. Espérons juste que ca suffise, parce qu’affronter le support de free encore une fois ne m’emballe pas plus que ça ….

Publicités

Rha la freebox !

Bon, je ne vais pas vous parler du fait que la freebox va enfin passer à Android TV, parce que ça n’est qu’une rumeur (même si c’est une rumeur très intéressante).

Non, je vais vous parler du problème classique des freenautes : les petits détails gênants. En l’occurence, le détail gênant, c’est la gestion de la surchauffe apr la freebox revolution server. Ou plutôt, dans mon cas, sa non gestion.

Voyez-vous, j’ai récement légèrement réaménagé mon salon : j’ai remplacé une jolie étagère Fly sur laquelle était posée la Freebox Server par une bibliothèque Billy que j’ai légèrement améliroé en y forant des trous pour passer tous les câbles de la freebox derrière le meuble, ce qui est moins disgracieux (j’en connais qui parleraient de WOF, mais soyons sérieux, je trouve les câbles électriques ou réseau d’une laideur abyssale). Et il semble que le fait de placer ma Freebox Server dans une bibliothèque nuise gravement à ses performances, ou plutôt à son aération, puisque depuis ce changement, je perds l’utilisation d’internet, de la télé ET du téléphone à peu près tous le sjours.

Insupportable.

J’avais d’abord accusé le transformateur CPL, mais même en le mettant plus à l’air, rien n’y fait, les déconnexions continuent. J’ai donc le choix entre

  • ouvrir la freebox pour l’aérer (facile à faire apparement mais un peu sale sur le long terme),
  • tenter de la poser sur une plaque métallique elle-même ventilée avec un ventilateur USB par exemple
  • la déplacer vers un endroit plus aéré

J’ai bien l’impression que je vais choisir la troisième solution …

Cela dit, il y a là un autre élément gênant.

Quand j’ai quitté le googleverse, j’ai installé un paquet de servcies sur mon NAS (qui marche très bien, lui). Parmi ces services, on peut évidement compter shaarli, krissfeed et deux ou trois autres trucs Indispensables au travailleur du savoir que je suis. Problème : aucun de ces services n’est accessible aujourd’hui, puisque ma freebox s’est arrêtée !

Et ça, ça s’appelle un Single Point Of Failure ou je ne m’y connais pas …

Ce qui me rappelle furieusement le projet Chaos Monkey de Netflix : si on veut savoir comment se comporte un système quand un composant, il n’y a qu’une seule bonne façon de vérifier : en débranchant le composant pour voir ce qui se passe.

Un media center ? Mais pourquoi faire ?

Pendant longtemps, j’ai trouvé que les media center étaient du dernier cool. Je trouvais des initiatives comme GeexBox (le lvie-cd media-center) ou XBMC (le logiciel de media center multi-plateformes) super chouettes. Seulement, pendant le tempss que je passais à rêvasser devant ces jolis agdgets, j’ai également, et très pragmatiquement, migré ma freebox en Revolution, et installé minidlna sur […]

Ah la freebox !

La semaine dernière, free a déployé une mise à jour de la freebox HD apportant censément quelques mises à jour pour la partie HDMI (notamment le HDMI CEC très pratique pour se débarrasser à moitié d'une télécommande).
Hélas, dans le lot de modifications, il y avait aussi … la disparition de l'UPnP !
Chouette, non ? NON.
Parce que tous mes films sont stockés sur le DNS-323 et accédés en UPnP. Du coup, quand l'UPnP ne marche plus, ce sont les enfants qui viennent me dire qu'il y a un bug … Pas cool du tout.
Heureusement, le linuxien en moi a plus d'un tour dans son sac !
Le tour, en l'occurence, c'est l'excellent lftp !
Donc pif, je lance lftp. paf, je tape "mirror -R videos /Disque dur/Videos"
Et pof : la freebox explose (plus exactement, je perds la mise en pause du direct et mes enregistrements du week-end) parce qu'il y a trop de films à synchroniser et que du coup il ne reste que 4 Ko sur le disque dur de la freebox.
Alors, gentils développeurs de free, quand est-ce que vous corrigez ce fichu bug ?

pfioula, faut que je m’y remette

Ca fait combien de temps que j'ai pas mis à jour ce blog ?

Seulement 3 semaines ?
Bon, alors ça va, je vais continuer mon hibernation …

Naaaan
je reviendrai sans doute poster des messages plus "importants".
Pour l'instant, sachez que

  • La freebox revolution est une tuerie au niveau de l'interface : je pensais pas que nos amis révolutionnaires de chez free pourraient autant progresser en terme de design d'interface. je suis en fait particulièrement bluffé par la navigation dans les chaînes (avec la petite incrustation dans la chaîne qu'on regarde de l'image de la chaîne qu'on voudrait regarder).
  • En parlant de la freebox revolution, je me suis rendu compte il y a quelques temps en écoutant des clics et des claques (leur émission sur les déconnectés volontaires) que je n'avais pas envie de rejoindre le monde des téléphoneurs (même si le Samsung Galaxy Tab me tentait beaucoup). Non. Vraiment pas. Ca va être évidement beaucoup plus compliqué pour passer à une banque en ligne, mais je pense que la sortie de free mobile pourrait peut-être m'aider … Ou alors il faut que je trouve un Google Voice à la française (ou que j'utilise Skype).

Au passage, je voulais utiliser Zemanta pour enrichir mes messages (leur pub est vraiment séduisante), mais malheureusement, c'est encore un de ces outils stupidement bloqués sur le monde anglophone.

La catch-up TV, c’est le pied

Depuis des mois, mes enfants me rebattent les oreilles avec Gulli, une chaîne au contenu éducatif … discutable, mais indéniablement de leur goût.
Et depuis quelques semaines, Gulli a lancé une offre de catch-up tv (autrement dit, un site web diffusant en streaming la plupart des émissions diffusées sur la chaîne jusqu'à une semaine après leur diffusion). Pendant longtemps, j'ai simplement ignoré le phénomène. Et puis il y a deux semaines, brusquement, j'ai craqué. J'ai lancé Firefox (oui, Firefox, parce que je parie – à tord ou à raison – que ce site utilise un quelconque mécanisme de streaming non standard) à l'adresse http://replay.gulli.fr. Et je dois dire que j'ai été assez surpris par la facilité d'un site nettement plus navigable que, disons, Youtube. Mais l'expérience ne s'arrête pas là (sinon, c'aurait été un peu, comment dire, … inutile).
Le lendemain, comme les enfants voulaient refaire l'expérience du replay, mais que j'avais besoin d'utiliser l'ordinateur, j'ai préféré les envoyer sur Gulli Replay via Freebox Replay, le service de la Freebox pour centraliser les différentes offres de ce type. Et j'ai été sacrément surpris par le nombre de ces offres ! Surtout que pour chacune de ces offres, le nombre de programmes disponibles est assez important. Il y a évidement des défauts comme le fait que ni Tracks (pour moi), ni Des racines et des ailes (pour ma femme … bon, pour moi aussi, un peu) ne sont présentes sur leurs chaînes respectives. Cela dit, c'est très bien quand même.
Surtout quand on peut l'utiliser sur différentes Freebox HD … ce qui sera peut-être un jour mon cas.
Cela dit, je me demande comment tout cela est financé. Parce qu'en fait, avec les services de replay divers et variés, le spectateur ne consomme plus de publiicité (ce qui est bien pour lui, mais moche pour les chaînes) … et comme vous les savez, en ce XXIéme siècle débutant, si vous n'êtes pas le consommateur, vous êtes le produit. Bon, je sais bien qu'il y a un mécanisme d'abonnement pour pouvoir utiliser ce service en soirée, mais comment les chaînes se rémunèrent-elles ? Il semble qu'il y ait quelques rumeurs d'ajout de pubs, mais rien de sérieux …
En tout cas, c'est quand même bien pratique de pouvoir regarder, certes avec un peu de retard, les émissions, sans avoir à s'embêter à les enregistrer (ce qui est un bien grand mot, parce que l'interface de magnétoscope numérique de la freebox est quand même bien pratique).

Il est temps de se remettre au Javascript !

Aujourd'hui, free a déployé une nouvelle version de son firmware. Une version qui apporte ce que certains attendent depuis 3 ans (depuis les télécommandes en forme de gamepad, en fait) : les jeux. Et oui, des vrais jeux dans la freebox (et donc sur la télé). Dire que ça fait de la freebox une console de jeu serait très abusif, puisque les jeux datent d'au moins 15 ans pour les plus récents. Bon, c'est quand même sympa, même si ça ne me permettra pas tout de suite de jouer à Metal Slug.
La vraie force du truc, c'est que les gens de free, qui sont des malins, ne se sont pas contentés de nous livrer trois jeux et demi. Non, ils ont développé leurs jeux avec une API qu'ils mettent maintenant à disposition. Ca veut donc dire qu'à travers cette API de jeu, qui semble disposer de connexions réseau, on va pouvoir "facilement" développer des applications graphiques "natives" pour la freeboxx (plutôt que de trop moches télésites). Comme par, exemple, je ne sais pas, moi : un client Facebook/Twitter/Flickr/Picasa. Refaire en quelque sorte les télésites proprement. Ou alors, être encore plus malin et créer des choses radicalement nouvelles (mais pour l'instant, je n'ai pas d'idée précise en tête). En tout cas, nul doute que le site de la communauté regorgera prochainement de délires plus ou moins rigolos.