La France en déreliction

Alors là je vous calme avec mon mot inconnu. Je vous laisse chercher

Donc, j’étais en vacances pendant trois semaines, avec comme seule connexion avec le monde une bonne vieille radio FM.

Et, pendant ces vacances, la France a connu quelques drames :

  • un camion fou conduit par un déséquilibré manifeste a tué une centaine de personnes lors du 14 juillet à Nice
  • Et un meurtre odieux commis dans une église

Pour être bien clair, et je crois l’avoir déjà écrit ici, la violence, le meurtre, sont des actes ignobles, quels que soient ceux qui les commettent (et j’inclus dedans les policiers incapables de refréner leurs pulsions homicides)

Ces deux actes ont reçu de nos élites politico-médiatiques la même qualification d’actes terroristes, dont les musulmans devaient se désolidariser blablabla.

Agir localement

Mais, avant d’aller plus loin, deux observations troublantes

  1. Ces actes ont été commis alors que l’état d’urgence était en cours
  2. L' »attentat » du 14 juillet a eu lieu dans une ville largement surveillée par des caméras de vidéo-protection (le néologisme est dans ce cadre particulièrement désastreux)

Quelles réponses pratiques nous propose-t-on ?

  1. Reconduire l’état d’urgence qui a prouvé son inefficacité
  2. Continuer à installer des caméras

Oh, et bien sûr, les enquêtes administratives démontreront qu’aucun service policier ou de renseignement n’a failli à sa mission.

De mon point de vue, les actions proposées par le personnel politique montre immédiatement leur manque total d’imagination et d’adaptation : ces mesures ne marchent pas du tout, alors pourquoi les conserver ?

Penser globalement

Et quelle réponse sur le long terme nous est proposée ? Rien d’autre que cette fameuse guerre des civilisations conceptualisée lors de la première croisade.

Pourtant, si je peux me permettre, d’autres axes de réflexion existent.

En particulier, l’axe mémétique.

En effet, si il est si dur de lutter contre ce qui deviendra dans les prochaines années le « terrorisme domestique » français (si vous ne connaissez pas ce terme charmant, c’est dommage : il nous vient des américains pour lesquels les milices américaines sont de cette famille, quand les terroristes moyen-orientaux n’en sont pas), c’est sans doute parce qu’on le considère comme une organisation, plutôt que comme une idée. Et cette idée, c’est quoi ? Tout simplement qu’il faut forcer l’opposition entre l’Europe et le Moyen-Orient pour déclencher l’apocalypse (j’avais lu ça dans un article fascinant sur The Intercept, me semble-t-il, mais je n’arrive plus à remettre la main dessus).

Dans ce contexte, peut-on lutter contre cette secte apocalyptique avec des armes à feu ?

Ou peut-on même se permettre d’appeler terroriste ceux que l’on devrait qualifier de dangereux illuminés ?

Bien sûr, l’objectif politique est tout autre : cette histoire de menace terroriste imminente annihile le débat, et permet aux futurs candidats à la présidentielle de masquer leur absence de projet pour la France. En bonus, évidement, les socialistes pensent que le front national va seulement empêcher les Républicains de l’emporter trop vite.

En réalité, à jouer sur la corde nationaliste, et on le voit déjà depuis novembre 2015, nos concitoyens musulmans et/ou d’ascendance arabe sont à nouveau victimes d’actes racistes, et les seuls votants à la prochaine série d’élections seront les petits vieux des campagnes qui, par peur, par ignorance, et alimentés par des médias jouant sur cette peur, voteront sans hésiter pour le Front National.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s