Français, vous me dégoûtez

J’espère que le titre est assez clair.

Après les attentats du début du mois, j’ai cherché désespérément comment écrire que, comme d’autres, je n’étais pas Charlie.

Hélas, je n’ai pas trouvé.

Mais aujourd’hui, ma colère contre cette récupération idéologique est … incandescente.

Parce qu’il n’a pas suffit de commémorer la liberté d’insulter … pardon, d’expression, en invitant un ramassis d’amis de cette liberté (du moment que les opinions leur plaisent, évidement).

Il n’a pas suffit non plus de commémorer cette même liberté de haïr … pardon, d’exprimer la franchouillardise, en remettant des militaires dans la rue. Au passage, je ne résiste pas à deux appartés à ce sujet.

Vous savez que les militaires disposent d’armes incomparablement plus dangereuses que les flics ou les gendarmes ? Mais est-ce que vous connaissez les différentes règles d’engagement ? Pour ce que j’en sais, ça me terrifie. Parce qu’un militaire peut ouvrir le feu bien plus facilement qu’un policier. Et qu’un FAMAS a une portée incroyablement plus grande qu’un pistolet, fût-il automatique.

En bonus, je sais pas vous, mais moi, personnellement, voir un plan de défense relevé après l’attaque, ça me paraît aussi utile qu’une capote enfilée après l’éjaculation …

Bref, revenons à notre sujet pas joyeux.

La liberté d’expression a donc été défendue en invitant ses pires détracteurs, en mettant en place une politique visible d’intimidation des citoyens. Et c’est tout ?

Non. C’est encore pire.

La liberté d’expression a été défendue en punissant pénalement des enfants qui s’expriment.

Lisez donc ces deux articles

Et maintenant, essayez de vous regarder dans un miroir. Personnellement, j’ai beaucoup de mal à croire vivre dans un pays qui respecte la liberté quand je lis ça.

Et plus encore quand je vois les hommes politiques de mon pays se satisfaire de marquer des enfants à vie.

Quand je vois ça, je pleure.

Et c’est encore pire quand je compare la réaction française (raciste, hypocrite, mesquine) aux réactions d’autres pays, où la fraternité avait du sens.

Honnêtement, j’ai rarement eu autant envie de quitter ce pays qui sent le rance qu’en ce moment. Et ce qui provoque ce dégoût, ce ne sont pas quelques terroriste imbéciles, mais tous les carriéristes amateurs de dictature beige. Et oui, c’est peut-être, de ma part, une réaction allergique à la réaction allergique de notre pays que mentionne Maître Eolas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s