Déprime

Désolé pour mes lecteurs assidus, mais en ce moment, entre une vie personnelle … pas joyeuse … et une actualité rance, je n’ai pas grand chose d’intéressant à écrire, d’où le silence.

J’ai néanmoins une réflexion à offrir à la lumière des récentes histoires (lamnetables) de la journée de retrait de l’école.

Apparement, la fameuse phrase de Churchill (quoique la source et la forme me semblent incertaines)

Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.

n’est pas suffisante pour déverser dans nos campagnes des torrents de haine. Haine antisémite. Haine anti-LGBT. Haine rétrograde.

Ca fait plus que m’attrister, ça me révolte.

Je suis également révolté par la complaisance des boîtes à écho médiatiques à traiter ce genre de bruits quand d’autres histoires mériteraient bien plus du fameux « temps d’antenne »‘. Et j’en viens à me dire que le pays que je vois quand je ferme les yeux – et même quand je les ouvre – n’a que peu de rapport avec la France qui m’est présentée.

Je ne vois pas les déferlements d’étrangers spolliant les vrais français de leurs droits à s’enrichir, mais des gens travailleurs, prêts à occuper les fonctions les plus ingrates, et méritant pour ça tout mon respect.

Je ne vois pas les sinistres légions de la théorie du genre forçant mes enfants à avoir d’autres attirances sexuelles.

Enfin bref, vous m’aurez compris : je ne vois pas la France odieuse que décrivent les agitateurs médiatiques.

Et je suis sûr que personne ne voit cette France-là. Alors, pourquoi les médias nous rebattent-ils les oreilles de rumeurs débiles, de manifestations nationales  n’attirant même pas la population d’une petite ville de province dans les rues de la capitale ?

Ma théorie, c’est que les médias cherchent deux choses : créer de l’audience, et plaire à leurs actionnaires. Or en France, bien des médias sont aux mains de groupes … orientés. Ce qui oriente leurs histoires, et donc la perception de la réalité. Or, vous le savez bien : les faits ne sont rien, seule compte la perception.

Publicités

8 réflexions sur “Déprime

  1. « Enfin bref, vous m’aurez compris : je ne vois pas la France odieuse que décrivent les agitateurs médiatiques. »

    D’un autre côté, c’est aussi le rôle des médias: nous montrer des choses qu’on ne voit pas mais qui existent aussi. A quoi serviraient-ils si on était déjà au courant de tout?
    Le choix des sujets n’est pas forcément le plus pertinent, c’est vrai. Le lecteur a en revanche le choix des journaux, libre à lui de choisir le journal qui parle de ce qui l’intéresse. Quand bien même ils seraient honteusement orientés (qui ne l’est pas?), ils ne le sont pas tous dans la même direction, et c’est heureux.

    • Effectivement, il est du devoir des médias de nous informer sur des choses qu’on ne verrait autrement pas.
      Mais il n’est pas de leur devoir de sombrer dans le sensationnalisme nombriliste à tout bout de champ. Si ils veulent nous parler de choses « intelligentes », ils peuvent nous parler de (je ne prends que l’actualité immédiate, hein)

      • La découverte d’un système solaire à sept planètes, qui montre par l’exemple que la Terre est tellement loin d’être unique
      • La crise financière qui menace la Turquie (D. Scheiderman avait livré une chronique très chouette sur le sujet, que j’ai perdu …)
      • Cette étrange tentative de révolution ukrainienne qui n’a rien de pro-européen

      Au lieu de ça, en vertu d’une longue tradition, les médias suivent gentiment l’agenda défini par le gouvernement et parlent de la façon recommandée par les autorités des sujets recommandés par les autorités. Ca me rappelle furieusement une idée noire de Franquin :
      Ecoutez les autorités

      Quant à l’orientation des groupes de presse français, je vais juste te rappeler un ou deux faits

      • Le groupe Lagardère a été fondé par la famille propriétaire de Matra (à l’origine un marchand d’armes)
      • Je ne parlerai même pas du Figaro et de son lien avec Serge Dassault (enfin, pas plus que ça)
      • Quoi ? L’humanité ? C’est mort. Je veux dire, d’accord, c’est l’organe de propagande du parti communiste, mais à part ça, il n’y a pas grand chose à en tirer.

      Ca laisse comme presse « sérieuse » Libération et le Monde, qui sont tous deux nourris par l’état (SebSauvage avait rappelé comment la presse vit grâce à des subventions) et grâce à la publicité, ce qui nous fait rentrer dans le même débat que Numérama.
      D’ailleurs, sais-tu quel est, en France, le seul journal financièrement autonome ? Le canard enchaîné. Rien d’étonnant à ce que ce soit le seul à sortir de vrais scoops, non ?
      Bon, enfin, je me perds un peu dans mon argumentaire, là.
      Pour en revenir à l’idée de fond, elle est simple : il y a plusieurs orientations politiques sur le papier, en effet. Mais quand tu passes à des médias plus grand public (télé, radio), l’orientation « de gauche » disparaît curieusement.

      • Merci pour les Infos au sujet des journaux. Je me doutais de cette situation mais je n’en savais pas plus. Mais je ne me fais pas de soucis pour la gauche. Après une campagne largement couverte par les médias conventionnels, le président qui en est ressorti vainqueur est de gauche et avec Pierre Berger comme propriétaire du monde, les idées de gauches ont encore une belle visibilité.

        Pourquoi les médias nous rabattent-ils les oreilles avec ca plutot qu’avec des choses intelligentes? Parce que le role des médias et des raconter des choses a priori intéressantes, donc, très souvent, des choses qui nous concernent (pas seulement). Et le francais se sent plus concerné par ce que son fils apprend à l’école que par la découverte d’un nouveau système solaire.

        Meme si ca ressemble encore à une polémique parmi d’autres, cet ABCD de l’égalité pose une vraie question: celle de savoir si c’est le rôle de l’école que de faire évoluer les mentalités dans un sens décidé par un parti politique, surtout à un moment où elle peine à remplir sa Mission première, enseigner le calcul, la lecture et l’écriture.

        C’est pour cette raison que, d’après moi, les médias ont raison de ne pas passer le sujet sous silence, meme s’ils sont orientés et meme si certains journalistes travaillent plus à faire des unes théatrales que de l’information. On a eu un Vaudeville récemment, on s’oriente vers un récit épique en ce moment, l’objectif étant de passer par tous les registres littéraires en une année.

        • Ouais, enfin bon, évoquer le sujet du genre sous la forme de la comédie me paraît juste raccord avec le traitement précédent des marches homophobes : l’inquiétude de la partie rétrograde de la population française est légitime et … point final.
          Ca m’énerve.
          Parce qu’on a déjà essayé d’enseigner aux garçons à être des hommes et aux filles à être des femmes, et ça n’a apparemment pas empêché l’homosexualité d’exister. Alors je ne vois pas comment la mise en place d’une éducation plus respectueuse des personnes pourra empêcher l’hétérosexualité d’exister.
          Mais encore une fois, je m’égare.

          • Ha non! le Vaudeville, c’était pour l’affaire Gayet. En tout cas, la comparaison journaux-théâtre était surtout là pour décrire l’attitude de certains journalistes, qui profitent de ces ressemblances pour faire du sensationalisme à partir de rien. Genre la marque du scooter de Hollande.

            Sinon, l’enseignement n’est pas différencié selon le sexe, pas depuis l’arrivée de l’école mixte. Ce n’est donc pas l’école qui enseigne aux garcons d’être des garcons ou aux filles d’être des filles, mais bien la télé, les amis, la famille et en premier lieu les parents. Eux, ils élèvent leurs enfants comme ils l’entendent, et l’école n’a pas à leur faire de concurrence dans ce domaine (d’ailleurs, d’après moi, c’est ce principe qui explique le bien fondé de la laicité à l’école). Bref, l’inquiétude, je sais pas, mais en tout cas il me semble que le questionnement, lui, est légitime.

            Et, pour revenir sur le même point, en supposant que le questionement est légitime, il est normal que le sujet apparaisse dans les médias. Pas pendant 3 semaines comme l’affaire Leonarda, certes, mais il ne peut quand même pas être passé sous silence.

  2. Et bien, c’est pour ça que j’ai envoyé valser ma télé.
    Je vais au contenu et ce n’est pas le contenu qui vient à moi 😉
    De toute façon ma volonté de privilégier les rapports humains (qui plus est, intra-familiaux) plutôt que de virtualiser mes relations ont fini de me convaincre…
    C’est week-end, faut aller voir la mer, la montagne, s’oxygéner plutôt que scotcher, déprimer…

  3. l’anti-déprime consiste a ne pas écouter l’actualité faisant dans le catastrophisme et en se créant une réalité plus lumineuse apportant un certain bien être intérieur , ce que je vous souhaite …
    Bon Weekend dans la plénitude intérieure 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s