Et pendant qu’il tombait …

Bon, ce week-end, un type a sauté d’une marche de 35 Km de haut.

Ca donne des super vidéos, comme celle que j’ai posté juste avant.

Ca donne aussi des super messages de RedBull, le sponsor de tous ces trucs de tarés :

Et pendant ce temps-là, la NASA fait son maximum pour nous distraire avec … le chorus de la Terre, ou le cookie monster de Sesame Street.

Je ne vous ferais pas l’injure de vous dire à quel point je trouve lamentable que ce genre d’exploit ne soit maintenant plus que du marketting pour une boisson énergisante … En fait, si.

J’entendais à la radio un type expliquer que le parachutiste était aidé par le précédent recordman, lequel avait sauté pour l’Air Force qui, à l’époque (fin des années 60, donc), essayait de sauver les astronautes qui se retrouveraient près de la Terre. Noble objectif, qui ne fut cependant jamais mis en pratique. Et donc, quand le prédecesseur faisait de la recherche appliquée (enfin, servait de cobaye) son successeur moderne n’est rien d’autre qu’un homme sandwich un peu plus classe, certes, mais un homme sandwich malgré tout. Ca donne une idée du marasme dans lequel se trouve notre monde, je trouve : repousser les limites, pas parce qu’on veut savoir ce qu’il y a au-dela, mais juste pour le faire.

En fait, je suis un peu injuste, parce que RedBull est le sponsor de tout un tas d’aventures vraiment cool (y compris l’America’s Cup).

Et je suis surtout injuste parce que j’essaye de ne pas y voir ce que voyait Charles Stross dans un très bon article : On the diminishing marginal utility of Stuff.

Dans cet article, il explique que, plus on possède d’argent, moins il nous est utile d’en acquérir plus. Et j’ai bien l’impression que la même chose s’applique à la découverte et aux exploits de tous genres : maintenant qu’on a exploré les abysses, qu’on est allés jusqu’à la Lune, que nous reste-t-il à faire ?

Aller jusqu’à Mars ?

Hélas, comme dans l’article de Stross, le problème n’est pas l’argent pour le faire, mais plutôt notre incapacité à le faire : même la NASA ne peut pas imaginer un vaisseau « réaliste » capable d’emmener ET de ramener un équipage de marsonautes.

Et je ne parle évidement pas de projets plus ambitieux (parce que Mars est la planète la plus proche de la Terre).

Bref, j’ai bien l’impression qu’on est coincé pour un bon moment au fond de notre puits de gravité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s