Google Plus, comme une espèce de garden party géante

Bon, oui, comme tous les geeks, j'ai eu une invitation, et j'ai donc ma page Google +. pas de quoi en être fier.
Cela dit, ce qui est amusant, c'est de se rendre compte de certains comportements de baguenaudages qui existaient déjà avant.
Je pense par exemple à cette chose, expérimentée par tous ceux qui se sont un jour arrêtés dans la wikipedia, et illustrée sur XKCD.
Bon, je pensais que ça n'arrivait que sur la wikipedia.
Eh bien ça arrive aussi sur G+ (comme ça a dû arriver sur Facebook, mais je n'ai jamais eu de compte facebook). Sauf que là, au lieu de sauter de concept en concept, on saute de personne en personne.
Et c'est comme ça qu'en partant, je crois, d'un auteur de SF, je suis arrivé jusqu'à Gaélle-Marie Zimmermann, dont j'avais déjà parlé précédemment, mais qui continue à écrire des trucs intéressants.
En revanche, ce qui serait bien, ce serait que tous ces produits Google disposent d'une espèce d'unité, parce que là, des trucs que j'ai déjà lu dans Google Reader viennent me polluer la vue dans G+. Et c'est pas pratique du tout.
Pour en revenir à cette balade dans les liens entre les gens, ça rappelle à la fois les connexions de LinkedIn et, surtout, la base de tout ça, les six degrés de séparation.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s