Scoiological Images

Internet est rempli de tout un tas de trucs stupides, on le sait bien.
Mais Internet est également rempli de sites intriguants et/ou intéressants.
En l’occurence, celui dont je vais vous parler ici entre précisément dans ces deux catégories. Mais je vais faire avant un long aparté.
Comme vous l’avez appris il y a quelques temps, j’ai entamé une lecture difficile il y a deux semaines. Au sein de ce voyage dans la récursion et la logique, l’auteur écrit notamment un chapitre entier sur la philosophie (religion ?) Zen. Chapitre très intéressant qui m’offre une ouverture inattendue sur le thème du jour. En effet, je crois que l’une des premières leçons du Zen, c’est d’apprendre à questionner ses propres questions. Enfin, le but est théoriquement de dé-questionner et d’acepter le monde pour y vivre sans trop tenter de l’interpréter … Enfin je crois. Bref, questionnons nos questions. C’est-à-dire analysons nos processus conscients et, surtout, inconscients. Oui, ça ressemble pas mal au fameux « Connais toi toi-même« .
Et dans ce cadre, Sociological Images est un blog particulièrement utile.
Prenons par exemple cet article sur la perception qu’on a des nus masculins et féminins. Tiens, mieux, faites-en vous-même l’expérience. Regardez dans cet article les photos de Cindy Crawford et Sylvester Stalone. Que ressentez-vous vraiment face à ces photos ? Qu’ai-je ressenti, moi, face à ces photos ? C’est bien simple, j’ai admiré la plastique de Stalone, plus même que celle de Crawford, dont l’image a longtemps été beaucoup plus présente dans mon paysage visuel. Curieux, non ? Et sans doute éclairant sur pas mal de mes processus sous-jacents.
Et c’est bien pour ça que c’est une lecture utile : parce qu’elle nous bouscule dans nos certitudes culturelles inconscientes.

 

PS : le Zen m’a d’ailleurs fait penser à la non-religion évoquée par Ursula Le Guin dans La main gauche de la Nuit. On retrouve dans les deux cas (et aussi, d’ailleurs, dans Gödel Escher et Bach, … , mais sous un angle différent) ce principe qui veut qu’une question n’amène pas à la vérité, mais au contraire découpe l’univers en plusieurs parties, sans pour autant nous permettre de le comprendre plus avant. Et si ça vous rappelle cet article écrit il y a quelques temps sur les frontières fractales de la connaissance et la singularité, j’imagine qu’il n’y a pas de secret : tous ces auteurs, toute cette culture me baigne depuis tellement longtemps que je ne suis plus capable que de ressortir des bribes d’anciennes connaissances déja digérées.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s