Pourquoi j’ai un à-priori contre git

Le titre semble provocateur, pourtant il reflété très exactement mon état d'esprit. Oui, j'ai un authentique à-priori contre git.
Quel est cet à-priori ? Facile, j'ai envie de penser que git est une espèce de truc typiquement linuxien : très puissant, mais vraiment pas pensé pour être utilisé. Plus pensé pour être bidouillé, en fait.
Mais revenons au début.
La mode de ces dernières années, en ce qui concerne la gestion de sources, est de diaboliser Subversion (trop nul pour gérer les branches, typiquement) pour pouvoir lui préférer des outils distribués. Parmi ces outils, on trouve évidement Mercurial, Git, mais aussi Darcs, Arch, Bazaar et quelques autres qui tentent de se faire une place au soleil. De tous, c'est évidement git qui s'est fait le plus vite une place au soleil. D'abord par sa naissance : la légende veut qu'il soit sorti habillé de pied en cape de la tête de Linus Torvalds, à la façon d'Athena. Et ça, pour n'importe quel linuxien, c'est un signe de perfection. Ensuite, comme Linus Torvalds a un peu d'influence, il a fait en sorte que git soit utilisé pour le noyau Linux, ce qui a immédiatement permis son utilisation dans le cercle des alpha-geeks (parce que n'en déplaise aux grognons, les mainteneurs du noyau Linux sont clairement des alpha-geeks, au même titre que, je sais pas, moi, les Java Champions, ou les leaders de JUG, voire les multiclassés champions/JUG leaders/pubs vivantes pour L'Oracle ;-)). Du coup, très vite, git est apparu comme le DVCS à utiliser (bien plus que darcs, par exemple, pourtant bien plus ancien – à peu prés 2002, fondé – d'après un ancien collègue qui doit se retourner dans sa tombe devant la trahison de Linus – sur une théorie du patch complètement conceptuelle), et s'est répandu dans toutes les sphères où le buzz fonctionne … typiquement, la sphère du Ruby on Rails. Et c'est comme ça qu'on a vu apparaitre le plus gros argument commercial en faveur de git : GitHub.
Pourtant, git n'est pas exempt de problèmes, le moindre n'étant pas sa ligne de commande, réputée "délicate" à manipuler. Et personnellement, si il y a bien un truc qui me rend fou, c'est les softs en ligne de commande où c'est le quatrième argument qui compte.
Le pire, en fait, c'est de se dire que l'alternative "compatible" existe … ben oui, avec mercurial, vous avez aussi un client de gestion de sources puissant, mais à la ligne de commande beaucoup plus compréhensible, d'après ce que j'en vois. Surtout que, contrairement à git, mercurial n'est pas un monolithe, mais une application extensible. Et franchement, vous en utilisez encore beaucoup, vous les geeks, des applications sans plugins ? Le must étant évidement qu'on trouve, parmi ces extensions, Hg-git qui permet de se connecter à un repository git avec mercurial. Notez bien sûr que le contraire n'est pas vrai. Du coup, git, utilisé pour le développement le plus visiblement open-source, apparaît comme une solution un peu plus fermée que son concurrent le plus direct …
Bon, après, mercurial ou git, j'ai l'impression que c'est plus une question de goûts personnels qu'autre chose …
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s