Tout est à peu près importé

Donc, après deux jours de codage, et une journée de correction d’erreurs diverses, à peu près tout ce que j’ai pu écrire depuis 2005 sur mes précédents blogs existe maintenant dans posterous, ce qui est une bonne nouvelle. J’estime les pertes à environ 10 %, et les messages incorrectement formattés à 10 % aussi, ce qui me paraît un ratio tout à fait raisonnable. En revanche, ce qui est rude, c’est que tous les liens vers mon blog ont sauté (ça, c’est ma faute) et tous les liens de mon blog vers d’autres blogs ont sauté. C’est peut-étre comme ça qu’internet disparaît dans le passé : en coupant les connexions. Si j’étais un minimum inspiré, je vous dirai que c’est une métaphore parfaite de l’oubli dans la mémoire humaine, qui est exactement identique dans le concept : un affaiblissement de liens entre des informations éparses. Mais je me sens un peu mou, ce soir. En tout cas, ce dont je suis content, c’est que ma mémoire personnelle n’a pas trop disparu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s