Une expérience sur les traîne-savate

J’aime bien quand Jeff Artwood nous parle d’autre chose que de développement. Cet article (The Bad Apple: Group Poison), sur les dynamiques de groupe, est surtout intéressant parce que (comme souvent dans le cadre d’expériences de psychologie) il démontre clairement les effets d’un phénomène connu partout, celui du gars qui traîne les pieds dans une équipe et qui fait que tout le monde se prend un mur.
Et c’est vrai que j’ai déjà vu ça bien des fois.
Parfois, c’est même moi qui jouait le rôle du traîneur de pied professionnel, en sachant très bien (et c’est là où l’article fait l’impasse) que la meilleure façon d’éviter ça est d’avoir un chef fort dans l’équipe, quelqu’un capable de dire au râleur qu’il a le droit d’avoir des objections, qu’on le remercie de les avoir exprimées, mais qu’il est temps d’aller de l’avant.
La conclusion finale est néanmoins totalement évidente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s