mycrocosm, bedposted, tout ça

En lisant mes blogs NSFW, je suis tombé sur ce très intelligent (comme d'habitude) article d'Agnès Girard à propos de BedPosted (enfin, surtout à propos de celui-là, mais comme d'habitude – encore une fois – son propos dévie assez vite de l'univers des alcôves pour se pencher sur des phénomènes plus généraux).

En tant qu'utilisateur d'un certain nombre de sites de (micro)blogging et autres activités de data junkie, je trouve la question du sens de ces activités très intéressante.

Si j'ai tenté de camemberiser la météo à Lille, était-ce par une volonté narcissique de faire entrer le monde dans ma vie ? Ou par crainte de ne pas exister ?

Pour moi, la réponse est claire depuis longtemps : le web est ma mémoire, pré ou post-mortem. Ce que j'écris maintenant, je l'écris pour que ça reste dans les siècles des siècles, comme disent les meilleurs marchands d'éternité à l'ouest du Jourdain. Vous me direz qu'internet n'est pas à l'abri de La Grande Panne … Je vous répondrai que c'est possible mais que, pour l'instant, il est assez peu probable que cette panne m'impacte, grâce à la présence de mes pages sur plusieurs sites simultanément. Et puis d'ailleurs, je m'égare dans des détails techniques de peu d'intérêt existentiel.

Non, pour moi, la raison d'être de tout ça peut se résumer à un site : Internet Wayback Machine. ce site suffit à justifier ma quêté d'éternité. Actuellement, il connaît déjà de moi une bonne partie de ma présence depuis l'an 2000. D'ici quelques décennies, il connaîtra (lui ou son équivalent de l'époque) tout de mes pensées à une date entre maintenant et ce futur. Vous pensez bien que pour un fan de science-fiction comme moi, c'est inespéré d'être en un sens mémorisé dans ce qui deviendra (avec beaucoup de chance de mon vivant) une espèce de conscience planétaire ! Et surtout, c'est un excellent pas vers l'immortalité de mon esprit. Bien sûr, pour l'instant, une part tellement insignifiante de mon moi est exprimé que je ne sauras me réduire à ces quelques milliers de mots jetés sur un coin d'internet.

Mais d'ici ces quelques décennies, il y aura dans la mémoire du web ce que j'ai pu penser de milliers de bouquins, ce que j'ai pu penser de milliers de choses plus ou moins importantes, bref, des contours assez précis de ma persona. Alors bon, comme le dit Jung, ça n'est pas moi. Mais pour l'instant, c'est ce qui s'en rapproche le plus.

Quant à la catégorie dans laquelle Agnès Girard pourrait me ranger,je vous laisse le soin de deviner pour moi …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s