Du pourcentage démocratique

Je n’aurais jamais cru en arriver là un jour, mais les circonstances m’y obligent. Donc je vais essayer de poster au moins une fois par semaine sur ce thème … On verra si je tiendrai le coup. Donc, j’écoutais hier (un pur hasard, hein, par conviction personnelle, je ne regarde théoriquement jamais le journal télévisé), François Bayron discourir ad nauseam sur l'{Europe}, et pourquoi le vote NON était si mauvais, et pourquoi le vote OUI était porteur d’espoir. Mis à part le fait que le personnage est plus pathétique encore que son guignol, un point dans son argumentaire m’a choqué, peut-être parce que j’y étais déja sensibilisé. D’après le projet de constitution que je devrais approuver, 90 % des projets de lois européens poasseront devant le parlement. Donc 10 % n’y passeront pas ? Pas tout à fait, la pression populaire (c’est-à-dire une pétition de 1 000 000 de personnes) peut pouusser un projet à être discuté au parlement. A la base, c’est déja ridicule : en France, par exemple (j’imagine que la plupart des autres démocraties européennes fonctionnent de même), 100 % des projets de loi passent devant le parlement, quitte à ce que ça aille vite (à grand coup d’article 49.3, ou 49.7). Donc, tout citoyen français raisonnablement constitué peut savoir à tout instant quelles sont les futures lois de la nation simplement en posant ses fesses dans les bancs de l’assemblée. En Europie (joli nom pour cette construction, je vais le garder, tiens), 10 % des projets de lois ne seront pas du tout discutés. Oh, bien sûr, la voix du peuple, qui normalement s’exprime à travers l’assemblée européenne, peut pousser une gueulante depuis les rangs du fond pour pousser un texte sur le devant de la scène. Seulement, voilà, la voix du peuple n’a pas à outrepasser ses représentants élus (du moins, dans ma vision de ce qu’est une démocratie). Et puis, quelque chose me gêne dans cette répartition. Une fois que le Peuple a poussé un projet de loi à l’assemblée (dans l’espoir sans doute vain qu’il soit rejeté), qu’est-ce qui interdira au gouvernement européen d’en mettre un autre au frais à sa place ? A priori, mais je n’ai pas lu le texte de la constitution, rien ne l’interdit, grâce justement à ce concept très intéressant de pourcentage démocratique. L’un dans l’autre, cette simple proposition fait de l’Europie une quasi-démocratie, mais en aucun cas quelque chose qui tire l’Europe vers le haut, bien au contraire. Ce processus vise en fait à faciliter le passage en force. Et avec ça, la directive Blokenstein, ou (pire encore à mes yeux), la directive sur la brevetabilité logicielle pourraient passer, avec un minimum de ruse, sans aucune discussion. Maintenant, par pitié, démontrez-moi que j’ai tord, parce que ça, ça me fait rudement peur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s